Chikara – l’expression obligatoire des émotions

Lors d’une rencontre à la Maison franco-japonaise où il était question de psychologie comparée, une Française du public, qui visiblement connaissait  bien le monde du travail au Japon, expliquait que les Japonais ne démontraient pas leurs sentiments.

Ah bon ?

Chikara est arrivé sur Hachijo à 18 ans. Pour le surf. Hachijo est réputée aussi pour avoir les plus belles vagues du Japon.

img_4794
Cela fait maintenant 20 ans qu’il vit ici, entre surf, tambour et shôchû, fier de ses muscles, fier de son nom (« Force »), fier de pouvoir porter à lui seuls les tuyaux de canalisation de 6 mètres pour sa petite entreprise de BTP.

Oui mais Chikara est tombé amoureux, d’une hôtesse de l’air. Et il a donc décidé de quitter l’île pour aller s’installer avec elle à Tokyo. « Parce que je l’aime » (aishiteru kara). Tous ses amis ont tenté d’ébranler sa décision (mais qu’irait-il donc faire à Tokyo, le pauvre !), Chikara est resté ferme. « De toutes façons, je pourrai revenir quand je veux, et gratuitement : ma femme est hôtesse de l’air ».
Alors depuis deux mois se succèdent les soirées d’adieux (sôbetsu-kai). Des soirées en hommage au futur disparu, où l’on boit, où l’on chante, et où l’on dit qu’on s’aime.

img_6052

img_6056

J’étais à l’une des dernières. On a bu, on a chanté, et l’on cherchait par tous les moyens à se dire qu’on s’aime. Pour sceller le constat, il fallait des larmes.

« Ah il va pleurer. Ah il a pleuré. Allez, pleure ! »

« Ah mais j’ai déjà tellement pleuré ».

Je me suis rappelé le célèbre texte de Mauss sur l’expression obligatoire des émotions. Je ne sais pas si les Japonais ne savant pas exprimer les leurs, mais ce dont je suis sûr c’est qu’il existe bien des occasions où l’on attend qu’on les démontre. Mon monde japonais à moi déborde de sentimentalité.

Le monde du travail, par contre… mais ça c’est une autre histoire, sans doute plus universelle.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *