Hachijô-jima, en deux mots

Hachijô-jima est une petite île du Pacifique – une quinzaine de kilomètres de long pour sept km dans sa plus grande largeur – située à 287 km au sud de la ville de Tôkyô. Sa population, en baisse constante depuis 20 ans, est aujourd’hui de 7.000 habitants, soit équivalente à celle de 1920 (après avoir dépassé les 10.000 personnes).

Sa proximité avec la capitale, dont elle dépend administrativement, et les moyens de cHachijo de hautommunication dont elle dispose (liaison régulière en bateau, journalière en avion aujourd’hui, internet haut débit depuis quelques années), en font cependant un lieu qui a connu des développements réguliers tout au long des deux derniers siècles, au rythme que les grandes îles principales ont conféré à l’histoire de l’archipel. En ce sens, Hachijô constitue un territoire et accueille une petite communauté dont on peut faire relativement le tour et qui permet de retrouver des illustrations très parlantes des grandes étapes du développement du Japon contemporain.

L’île présente par ailleurs d’autres intérêts pour la recherche. Bien documentée par les travaux ethnographiques au moins depuis Edo (XVIIe-XIXe s.), elle a été réputée pour ses pratiques matrimoniales « exotiques », quoiqu’en réalité observables dans bien d’autres régions du Japon : jeux de nuit mobilisant les jeunes (yo-asobi 夜遊び), visites nocturnes à une fille (yobai 夜這い), pratique du mari visiteur (tsuma doi 妻問い), ou, moins fréquent semble-t-il dans les autres régions du Japon : rapt de l’épouse (yome katsugi 嫁担 ぎ).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.