Fête de Yakushi – Syncrétisme religieux et politique locale

Participation dès le matin à la fête en l’honneur de Yakushi. Un bel exemple de ce qu’est la religiosité au niveau local au Japon.

Yakushi est une divinité bouddhique vénérée, au Japon et plus largement en Asie, pour ses vertus de guérisseuse et de protectrice des calamités. Sur l’île, il est connu comme « divinité qui soigne les yeux ». Continuer la lecture de Fête de Yakushi – Syncrétisme religieux et politique locale 

Préparation de la fête de Yakushi (Okago)

Demain, c’est la fête de Yakushi (= Yakushi Nyorai), du hameau (buraku) auquel j’appartiens. C’est au quartier, et à ses obligés, de préparer tous les aliments qui seront distribués à ceux qui viendront rendre leurs dévotions à la divinité (logique du settai 接待 : inviter et bien recevoir – sans contrepartie immédiate – les passants).

Toute la journée donc préparation des deux friandises obligées de toute fête sur l’île : boulettes de riz (omochi) et patates. Quelques kilos de seiche aussi.

Continuer la lecture de Préparation de la fête de Yakushi (Okago) 

Tambour et identité

– Préparation d’une enquête sur les couples franco-japonais img_5076demandée par l’organisme d’entraide OLES-Japon. Travail sur l’introduction d’un ouvrage collectif à venir. Quelques heures loin de Hachijo tout en y étant.

– Exploration des chemins de montagne de Mihara.

 

 

 

 

–  Soirée dans l’un des groupes de taiko que je fréquente.

Continuer la lecture de Tambour et identité 

Un long terrain est-il moral ?

Le principe de l’ethnologie est celui de l’imprégnation longue. L’idée est qu’il faut du temps, d’abord pour maîtriser, un peu – toujours trop peu –, la langue , puis pour recueillir des discours, observer des pratiques,  et peu à peu se rendre compte des contradictions, des luttes de pouvoir, des stratégies, des non-dits. Que l’on pense à Jean Malaurie, Philippe Descola ou Maurice Godelier, les meilleurs travaux sont évidemment issus d’une expérience de terrain longue, les travaux les plus respectueux de terrains longs et répétés durant des décennies (Alban Bensa pour la France, Konma Toru pour le Japon, par exemple). Et si l’on aime pas lire, qu’on imagine seulement un Persan qui ne serait venu en France qu’un mois ou deux et essaierait ensuite, en se plaignant que les Gaulois ne parlent pas bien anglais, d’expliquer les bons principes et les mauvais usages de notre République. Le prendrait-on seulement au sérieux ?

Moi je crois qu’il mériterait une bonne fessée. Continuer la lecture de Un long terrain est-il moral ? 

Conseil municipal

title

Séance régulière du conseil municipal et vote du budget, trois jours de réunions.

J’y assiste avec un triple objectif : entendre parler des enjeux les plus importants pour ceux qui gèrent l’île ; observer le processus démocratique de discussion et de décision au niveau local ; saisir les procédés rhétoriques locaux.

Continuer la lecture de Conseil municipal 

Pourquoi un carnet de terrain ?

Pourquoi rédiger un carnet de terrain?

Les ethnologues rédigent toujours un carnet de terrain, c’est même leur activité principale,  la condition nécessaire d’un travail sérieux, et rapidement une manie. Certains en tiennent parfois deux, quand ils pensent que la production de données est intrinsèquement liée à la personnalité, et à l’état (affectif, psychologique, physique), de l’observateur  : un carnet pour les données, un autre pour se regarder travailler.
Le double carnet est une pratique que je suis, de façon non systématique, en utilisant le même petit calepin de papier, mais en le tenant à l’envers quand il s’agit de noter mes états d’âme, ou parfois – pourquoi pas – quelques poèmes.
Le carnet, tenu au jour le jour, recueille les informations, reflète les découvertes progressives, et les avancées à tâtons. Il est ensuite, au retour dans le monde académique, le coffre fort d’un capital à exploiter selon des perspectives souvent imprévues. Qui se passerait de tenir un carnet ?
Bien.

Continuer la lecture de Pourquoi un carnet de terrain ? 

Hachijô-jima, en deux mots

Hachijô-jima est une petite île du Pacifique – une quinzaine de kilomètres de long pour sept km dans sa plus grande largeur – située à 287 km au sud de la ville de Tôkyô. Sa population, en baisse constante depuis 20 ans, est aujourd’hui de 7.000 habitants, soit équivalente à celle de 1920 (après avoir dépassé les 10.000 personnes).

Continuer la lecture de Hachijô-jima, en deux mots