Archives pour la catégorie La recherche

Considérations sur l’organisation de la recherche et les plaisirs conséquents.

Rumeur, conjoncture et histoire

A ce qui paraît, je serais pauvre. J’aurais fui la France, puis Tokyo, parce que je ne pouvais pas y vivre. D’ailleurs mon fils a toujours faim et prend tout ce qu’on lui donne à manger (il est à cet âge où un garçon normalement constitué se réveille à deux heures du matin pour vérifier s’il ne reste pas un gigot dans le frigidaire ).

Continuer la lecture de Rumeur, conjoncture et histoire 

Un long terrain est-il moral ?

Le principe de l’ethnologie est celui de l’imprégnation longue. L’idée est qu’il faut du temps, d’abord pour maîtriser, un peu – toujours trop peu –, la langue , puis pour recueillir des discours, observer des pratiques,  et peu à peu se rendre compte des contradictions, des luttes de pouvoir, des stratégies, des non-dits. Que l’on pense à Jean Malaurie, Philippe Descola ou Maurice Godelier, les meilleurs travaux sont évidemment issus d’une expérience de terrain longue, les travaux les plus respectueux de terrains longs et répétés durant des décennies (Alban Bensa pour la France, Konma Toru pour le Japon, par exemple). Et si l’on aime pas lire, qu’on imagine seulement un Persan qui ne serait venu en France qu’un mois ou deux et essaierait ensuite, en se plaignant que les Gaulois ne parlent pas bien anglais, d’expliquer les bons principes et les mauvais usages de notre République. Le prendrait-on seulement au sérieux ?

Moi je crois qu’il mériterait une bonne fessée. Continuer la lecture de Un long terrain est-il moral ? 

Pourquoi un carnet de terrain ?

Pourquoi rédiger un carnet de terrain?

Les ethnologues rédigent toujours un carnet de terrain, c’est même leur activité principale,  la condition nécessaire d’un travail sérieux, et rapidement une manie. Certains en tiennent parfois deux, quand ils pensent que la production de données est intrinsèquement liée à la personnalité, et à l’état (affectif, psychologique, physique), de l’observateur  : un carnet pour les données, un autre pour se regarder travailler.
Le double carnet est une pratique que je suis, de façon non systématique, en utilisant le même petit calepin de papier, mais en le tenant à l’envers quand il s’agit de noter mes états d’âme, ou parfois – pourquoi pas – quelques poèmes.
Le carnet, tenu au jour le jour, recueille les informations, reflète les découvertes progressives, et les avancées à tâtons. Il est ensuite, au retour dans le monde académique, le coffre fort d’un capital à exploiter selon des perspectives souvent imprévues. Qui se passerait de tenir un carnet ?
Bien.

Continuer la lecture de Pourquoi un carnet de terrain ?