Tous les articles par Jean-Michel Butel

Saipan : les combats de la mémoire

Quand, de Tokyo, on passe au dessus de Hachijô et continue à peu près plein sud, on survole Iwo-jima, dont Clint Eastwood a rappelé la sinistre double mémoire, et l’on tombe sur l’Archipel des Mariannes. Le continuum est géologique, on longe un bord de plaque, mais a aussi été  forgé par l’histoire.

Continuer la lecture de Saipan : les combats de la mémoire 

Des îles dans l’histoire…

Long silence sur ce blog, longue plongée dans les archives, et plus particulièrement l’analyse d’une monographie de Hachijojima souvent montrée comme un exemple exceptionnel de monographie locale de l’époque d’Edo, les Recensions de Hachijô-jima (Hachijô jikki 八丈実記).

Continuer la lecture de Des îles dans l’histoire… 

Izu Toshima (2)

Comme sa grande voisine Oshima, Toshima est organisée depuis Edo autour de l’exploitation intensive du camélia (tsubaki), qui a été désigné alors comme moyen de paiement de l’impôt. Elle produirait à elle seule 45% de l’huile de camélia japonaise. Les pentes ont été sculptées en restanques aussi proprement tenues qu’un champ d’olivier en Italie du sud.

 

Continuer la lecture de Izu Toshima (2) 

Izu Toshima (1)

Hachijo-jima fait aujourd’hui administrativement partie de l’archipel d’Izu – 8 îles habitées – qui s’étire sur 350 kilomètres au sud de l’immense baie de Tokyo. Si l’on continue tout droit, plus au sud encore, Ogasawara, Iwo-jima.

Si l’archipel présente une certaine unité, et plus encore depuis la période de la haute croissance, chacune des 8 îles possède des caractéristiques, géographiques, historiques, culturelles, bien spécifiques. Je me suis donné pour objectif de toutes les visiter pour mieux m’en rendre compte.

Continuer la lecture de Izu Toshima (1) 

Rumeur, conjoncture et histoire

A ce qui paraît, je serais pauvre. J’aurais fui la France, puis Tokyo, parce que je ne pouvais pas y vivre. D’ailleurs mon fils a toujours faim et prend tout ce qu’on lui donne à manger (il est à cet âge où un garçon normalement constitué se réveille à deux heures du matin pour vérifier s’il ne reste pas un gigot dans le frigidaire ).

Continuer la lecture de Rumeur, conjoncture et histoire 

Chikara – l’expression obligatoire des émotions

Lors d’une rencontre à la Maison franco-japonaise où il était question de psychologie comparée, une Française du public, qui visiblement connaissait  bien le monde du travail au Japon, expliquait que les Japonais ne démontraient pas leurs sentiments.

Ah bon ?

Continuer la lecture de Chikara – l’expression obligatoire des émotions 

Festivités de début de l’an : ouverture du miroir, importance des arts martiaux

Nouvelle festivité de début de l’année, annoncée par la presse locale,  » l’ouverture du miroir » (kagami-biraki) : l’ouverture officielle de tous les dôjo  de l’île, et la première compétition des différents arts martiaux pratiqués.

Continuer la lecture de Festivités de début de l’an : ouverture du miroir, importance des arts martiaux 

Festivités du début de l’an : cérémonie des jeunes adultes et amour du pays natal

Après la réunion des forces vives défendant la communauté contre les dangers de disparition, la nouvelle année célèbre l’arrivée de nouveaux membres adultes (20 ans dans l’année). La fête des jeunes adultes (seijin-shiki), célébrée dans tout le Japon, est assez importante pour faire chaque année la Une des journaux nationaux. Le jour officiel est le deuxième lundi de janvier. Dans les campagnes, et à Hachijo, la date est cependant avancée pour profiter du retour au bercail des jeunes pour le nouvel-an. La cérémonie a donc lieu juste avant qu’ils ne repartent à Tokyo ou ailleurs, pour les études ou le travail.

Continuer la lecture de Festivités du début de l’an : cérémonie des jeunes adultes et amour du pays natal 

Festivités du début de l’an : la fête des pompiers volontaires

Le début de l’année est une période très spéciale. Le travail s’est arrêté, la trêve est longue. Les matins sont calmes, les gueules de bois entretenues dans la sérénité, avec une grande constance, et exceptionnellement du saké (champagne !). Après les beuveries qui ont permis d’oublier l’année qui finissait (忘年会), le corps social se réveille doucement dans un monde nouveau. Toute la première partie du mois est marquée par les premières fois : première visite au sanctuaire, premier lever de soleil, premier rêve… Le commencement est d’abord fêté par la plus petite cellule,  en famille (31, 1er), puis avec les amis (2 janvier), et de façon de plus en plus large ensuite.
On réactive les organes indispensables. Très tôt, le 4 cette année, se tient la fête des pompiers volontaires: Continuer la lecture de Festivités du début de l’an : la fête des pompiers volontaires 

Souvenirs de guerre au banquet de Noël

Le jour de Noël est l’occasion d’une fête de quartier autour de la famille principale de notre hameau. On a sorti du saké de derrière les fagots, celui qu’on met àBingo vieillir dans un endroit sombre sans le dire à personne (« pas même à mon fils »), pour éviter les fuites, et préparé un Bingo, que tout le monde attend avec impatience (j’y ai gagné des haltères, justement de quoi faire un peu d’exercice me glisse perfidement une voisine).

Continuer la lecture de Souvenirs de guerre au banquet de Noël 

Charbon de bois

La fabrication de charbon de bois était une activité très répandue sur plusieurs des îles de l’archipel d’Izu, dont Hachijo-jima, qui exportait sa production jusqu’à Tokyo. Les fours, en terre, ou plus récemment en ciment, fonctionnaient quasiment en continu, jusqu’à déboisement total des parcelles proches. Cette activité, considérée toutefois comme peu lucrative, s’est poursuivie au moins jusqu’au années 70. Aujourd’hui il ne resteplus que 2 fours à Saka-shita. Ayant appris que l’un des tous derniers fours allait fonctionner je suis allé donner un coup de main aux charbonniers (24-25 décembre). Bouger quelques stères de bois au grand air ne peut que faire du bien avant les banquets de fin d’année.

Continuer la lecture de Charbon de bois 

Mariage international et alcool fort

Parmi toutes les bouteilles de shôchû produites sur l’île, il en est une qui se singularise: image punch antillais (cocotier au soleil couchant, devant une mer embrasée), nom un peu étonnant, en alphabet, et sa prononciation, en katakana : Jonnalie.

Jonnalie… Atypique et mystérieux, lorsque les autres crus s’appellent l’Île de la compassion, le Tue-démons, Camélia double, Courant noir, Fleur d’île, ou l’Exilé.

Continuer la lecture de Mariage international et alcool fort