Fête de Yakushi – Syncrétisme religieux et politique locale

Participation dès le matin à la fête en l’honneur de Yakushi. Un bel exemple de ce qu’est la religiosité au niveau local au Japon.

Yakushi est une divinité bouddhique vénérée, au Japon et plus largement en Asie, pour ses vertus de guérisseuse et de protectrice des calamités. Sur l’île, il est connu comme « divinité qui soigne les yeux ».

img_5979

Son temple (c’est à dire un bâtiment relevant du bouddhisme) est modeste, ouvert une fois l’an à l’occasion de la fête. On y entre en passant sous un portique caractéristique des sanctuaires shintô (entre les bannières blanches sur la photo). Premier hic, et syncrétisme donc, bien fréquent en réalité loin des grands centres où l’idéologie du shintô comme religion nationale a poussé à établir des frontières strictes entre shintô et bouddhisme (Hachijo aussi a souffert du grand nettoyage religieux mené à la fin du XIXe siècle, mais ceci est une autre histoire).

La divinité elle-même est représentée par une petite sculpture caractéristique de l’iconographie bouddhique (ici il s’agit plutôt du bouddhashaka-Yakushi historique, mais une statue plus grande, qui n’apparaît pas sur la photo, pourrait représenter Yakushi). Elle est entourée d’offrandes propres au shintô : bandelettes de papier (gohei) et branche d’arbre semper virens (sasaki).

Un moine (Nichiren-shû ?) est venu réciter, dans l’indifférence générale, un sutra ce matin. Ensuite les gens sont venus faire leur révérence en agitant un grelot (shintô)  et en déposant de l’encens devant l’effigie (bouddhisme).

L’emplacement du temple est singulier : il se trouve dans une petite clairière, où coule une eau réputée pour son goût (la dernière source à n’être pas canalisée), et où se dressait un gingko vénérable (sur la photo : son rejeton).  C’est très certainement cette source et cet arbre qui sont à l’origine du culte en ce lieu.

La visite au bouddha est un prétexte efficace. L’essentiel de la fête est constitué par la distribution des mets que nous avons préparés hier, arrosés copieusement de shôchû.

La fête de Yakushi est d’abord la fête du hameau de Higashi-zato. Toutes les personnes s’y retrouvent, et participent d’une façon ou d’une autre. Ce qui revient le plus dans les commentaires que j’entends, c’est l’importance d’être tous là pour faire cette fête ensemble. Il me revient alors une définition de la religion que ma mémoire de mauvais étudiant attribue à Durkheim  (Les formes élémentaires de la vie religieuse): la religion c’est la communauté qui se vénère elle-même.Yakushi-orei

Il y a un autre aspect pourtant. Tout est préparé et dirigé par une seule famille, alors qu’il ne s’agit pas d’une divinité particulièrement liée à une lignée. En réussissant à rassembler – et à régaler – tout le quartier, celle-ci démontre, comme me l’explique le patriarche, sa capacité de mobilisation, la force de son réseau, l’efficacité des relations obligées qu’elle a tissées, et  la sympathie qu’elle peut susciter. L’exercice est toutefois périlleux, si j’en crois les potins rapportés lorsque nous pelions les patates.

La fête religieuse est donc aussi la démonstration précaire de relations politiques locales.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *