île = homogénéité culturelle ?

L’un de mes tout premiers cours aux étudiants de première année s’intitule :  » Le Japon est-il une île ? « . La réponse est évidemment non. Pour deux raisons :

1/ Physiquement le Japon est un archipel, c’est à dire une guirlande d’îles (pour comprendre ce que cela implique, se référer au travail de Philippe Peletier : La Japonésie. Géopolitique et géographie historique de la surinsularité au Japon, et au chapitre de son livre Idées reçues dont j’ai fait la lecture dans mon podcast, épisode #10).

2/ Plus profondément, et puisque l’on veut dire par là que le Japon est un espace fermé, homogène,  parce qu’une île n’est ni un espace fermé, ni homogène.

L’un des meilleurs exemples que j’ai pu observer: l’île de Tobishima. Un peu plus de 200 habitants sur moins de 3 kilomètres carrés et pourtant une opposition profonde entre la côte tournée vers Honshû (même dialecte du nord du Japon que la rive d’en face), et la côte regardant le large (langue proche de celle du kansai – Osaka –, le lieu était visité par les marchands faisant du cabotage jusqu’à Hokkaidô).

Hachijô-jima est le jeu de délimitations multiples, marquées par des oppositions souvent déniées mais en réalité bien perceptibles.

Elle appartient à la métropole de Tokyo, mais également à l’ensemble des « îles éloignées » (ritô), et bénéficie à ce double titre d’aides doublement substantielles.

C’est la plus grande île de l’archipel d’Izu, qui en compte 7 officiellement (un peu plus pour de vrai), chacune possédant une histoire et des caractéristiques singulières.

Administrativement, c’est une île assez peuplée pour être reconnue comme « bourg » (machi), à la différence des autres îles de l’archipel d’Izu. Un bourg unique donc.

Pourtant, en son sein, on distingue la partie « au dessus de la pente » (saka-ue), et la partie d’en dessous (saka-shita). Aujourd’hui Saka-shita est la « capitale » (miyako = l’endroit où se concentrent les restaurants et les snacks de toutes espèces), alors que Saka-ue est « vraiment la campagne » (hontô no inaka). C’était l’inverse avant la construction de l’aéroport, au centre de Saka-shita, qui a réorganisé la hiérarchisation des espaces.

Pont et tunnel de la Grande pente reliant les deux parties de l'île
Pont et tunnel de la Grande pente reliant les deux parties de l’île

 

 

L’habitat sur ces deux grandes zones est réparti en « villages » (go 郷). 5 dit-on toujours, mais en réalité 3 en haut et 2+1 en bas.
Sueyoshi, Nakanogo, Kashitate, pour Saka-ue. Okago, Mitsune pour Saka-shita. Plus un que tout le monde oublie, plus récent, Eigo.
Chaque village possède une langue propre, et un caractère (un ethos)  particulier. Tout le monde s’accorde à peu près sur les caractéristiques respectives, décrites avec plus ou moins de sympathie en fonction du village d’origine du locuteur.

Les villages constituent de fortes références identitaires. Jusqu’au milieu des années 60, il était très mal vu de laisser partir une fille se marier dans un autre village que le sien. C’est un fait contesté par les plus jeunes, mais bien avéré par les histoires de vie de leurs parents et grands-parents que j’ai pu reconstituer.

Les villages qui se jouxtent s’opposent deux à deux. Sur Mitsune et Okago se racontent des histoires qui valent bien celles de La guerre des boutons. Kashitate et Nakanogo nourrissent quant à eux un long contentieux, qui s’est violemment exprimé lors d’une « guerre pour le partage de l’eau », et encore si vivace que la mairie centrale n’a pu arriver à un consensus lorsqu’il s’est agi, du fait de la dénatalité, de réduire le nombre des écoles primaires (il en existait une dans chaque village auparavant). Elle a dû se résoudre à en construire une nouvelle, entre les deux villages, qui possèdent chacun maintenant une école vide.

Chaque village est scindé en hameaux (buraku), le hameau étant une unité de coopération assez efficace. Les buraku s’opposent – gentiment – entre eux lors des fêtes du sport (undô-kai) en particulier.

Répartition des participants en hameaux lors de la fête du sport
Répartition des participants en hameaux lors de la fête du sport

Et tout ce beau schéma est compliqué, bousculé, remodelé, par la logique des lignages, des liens créés par le travail au sein de la même entreprise, des affiliations religieuses, et des proximités économiques.

 

Non, une île n’est pas un espace homogène, socialement, ou culturellement, ou pour être plus précis, ce n’est un espace homogène qu’à condition qu’on se contente d’un niveau assez vague de précision dans la définition de son identité.

 


Une réflexion au sujet de « île = homogénéité culturelle ? »

  1. Dans Jaws de Spielberg, lorsque l’océanographe demande au shérif Brody ce qu’il fait sur Amity Island, lui qui déteste la mer, Brody lui répond : « It’s only an island if you look at it from the water. ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *