Pourquoi un carnet de terrain ?

Pourquoi rédiger un carnet de terrain?

Les ethnologues rédigent toujours un carnet de terrain, c’est même leur activité principale,  la condition nécessaire d’un travail sérieux, et rapidement une manie. Certains en tiennent parfois deux, quand ils pensent que la production de données est intrinsèquement liée à la personnalité, et à l’état (affectif, psychologique, physique), de l’observateur  : un carnet pour les données, un autre pour se regarder travailler.
Le double carnet est une pratique que je suis, de façon non systématique, en utilisant le même petit calepin de papier, mais en le tenant à l’envers quand il s’agit de noter mes états d’âme, ou parfois – pourquoi pas – quelques poèmes.
Le carnet, tenu au jour le jour, recueille les informations, reflète les découvertes progressives, et les avancées à tâtons. Il est ensuite, au retour dans le monde académique, le coffre fort d’un capital à exploiter selon des perspectives souvent imprévues. Qui se passerait de tenir un carnet ?
Bien.

Processus en cours

Mais en anthropologie, les projets nécessitent du temps pour mûrir. On ne saisit pas une réalité sociale en un clin d’oeil. Le carnet, qui accumule patiemment les observations, accumule d’abord des découvertes naïves, des demi vérités, et  de fausses explications. Il n’est pas destiné à être montré. Ce serait, pour reprendre l’image d’un bon ami qui mène une exceptionnellement longue enquête de terrain dans un quartier populaire au Japon, comme rendre publique la tambouille en cuisine, avant le résultat final, le plat…

 

Pourquoi donc un carnet de terrain public ?

  • Par souci de scientificité, pour montrer comment la science se fait, ou apporter un élément à l’histoire de sa discipline ?

    Certains carnets ont en effet révolutionné la vision que l’on pouvait avoir de l’ethnologie. C’est le cas bien connu du Journal d’ethnographe de Malinowski. Cela a un sens sans doute dans le cas de Malinowski, pionnier de l’ethnologie de terrain. Mais je ne suis pas Malinowski. Ma contribution à ma discipline restera probablement plus discrète, et l’intérêt de ce carnet moins évidente pour l’histoire des sciences. Je pense.

 

  • Pour amuser la galerie ?

    Certains se sont fait un métier de mettre en scène leurs aventures en terre étrangère, parfois de façon cocasse. C’est en réalité un genre qui prend une place importante dans l’histoire de la littérature, de nouveau en vogue aujourd’hui (« non fiction »), et qui permet aux ethnologues de pacifier leurs désirs d’écrivain. Je prépare un colloque sur la question avec un camarade littéraire, et reviendrai sans doute sur cette question dans ce blog.

 

  • Pour être visible

    Aie, voilà le grand mot lancé. Là vous savez que je suis chercheur, de la seconde décennie du XXIe siècle, et probablement en lien avec le CNRS.
    Etre visible, une obsession.

    D’un point de vue institutionnel, il apparaît aujourd’hui indispensable de renforcer la visibilité des pratiques de valorisation en SHS, voire de favoriser leur reconnaissance et leur développement.

    (CNRS – Valorisation en sciences humaines et sociales)

    Oui, la prose n’est pas très digeste. Mais c’est de cela qu’on nous nourrit.
    Cela mérite bien un paragraphe à part.

 

Pourquoi donc vouloir être visible ?

  • Parce que je cherche un poste et qu’il faut que je me vendeEvidemment, la raison est compréhensible, et la critique difficile. Tant de bons jeunes chercheurs restent sur le carreau, de longues années en quête d’un poste alors qu’ils ont fait tout ce qu’il fallait faire (thèse avec les honneurs, publications et conférences en plusieurs langues, post-doc – aux US, c’est mieux –, expérience de l’enseignement en province et à Paris,  inscription dans une ANR bien dotée… D’ailleurs : si ce n’est pas votre cas, vous savez ce qu’il vous reste à faire avant d’espérer). Le blog de recherche, c’est ce qu’il vous manquait !
    Oui mais j’ai l’immense chance d’avoir un poste, à vie, et donc la possibilité de me la couler douce. Or, justement :
  • Parce ce qu’on ne sait pas ce que tu fais, alors que tu reçois un – bon – salairePourtant, pourtant, et sans être particulièrement actif – je dois avouer – comparé aux cadors de la recherche française, je diffuse régulièrement les résultats de mes recherches à travers des textes – publiés dans des revues dont la lecture est en libre accès et relayés par toutes sortes de sites, professionnels ou personnels –, des conférences dans des lieux publics (assez souvent gratuitement), des interviews dans les médias (toujours gratuitement…) ; j’organise des conférences, des colloques, des séminaires, des groupes de recherche. Et chaque année j’use un peu de ma belle jeunesse à faire des rapports qui rendent visibles cette activité et rassurent, par leur épaisseur, mes autorités administratives.
    Oui mais cette visibilité classique du chercheur ne suffit pas. Car il n’est pas complètement certain qu’il soit utile.

    les SHS sont partout présentes dans la société et il n’est pas une question économique, sociale ou politique qui ne soit abordée sans la contribution des sciences humaines et sociales.Pourtant, ces liens avec la société semblent manquer de visibilité et on ne peut éluder la critique plus ou moins implicite concernant l’utilité sociale et culturelle des SHS, question récurrente, mais rarement examinée de manière concrète.

    (CNRS – Valorisation en sciences humaines et sociales)

    Il faut donc qu’il prouve qu’il s’agite. Il faut, me glisse-t-on à l’oreille, une visibilité 2.0. Comme si l’utilisation de moyens techniques « modernes » pouvaient venir justifier l’expertise du chercheur.

  • Parce qu’il y a quand même un doute : peut être que je ne fais rienLe chercheur français, un ancien Président de la République l’a révélé au monde et cela a beaucoup plu, est particulièrement improductif. Il me semble que là est la vraie raison de ce blog : la confrontation avec un doute. L’injonction que je ressens – que l’on me fait ressentir – d’attester, en temps réel, que je travaille.

Léonard (Turk et de Groot)

Il est vrai que j’ai une immense chance : je peux, grâce à des administrateurs compréhensifs, passer le plus clair de mon temps, durant une petite année, sur le terrain. J’y reviendrai. Mais à une condition. Que je rassure : je travaille très fort, je sers la science, et c’est ma joie. Chaque journée est bien remplie, vous allez voir !

 

Pourquoi est-ce que je rechigne?

  • Parce que je n’aime pas qu’on doute de ma bonne foi.
  • Parce que je suis déjà très contrôlé et que l’augmentation du contrôle administratif sur les activités scientifiques ne me dit vraiment rien qui vaille.
  • Parce que tenir un site est chronophage, et que je n’ai pas l’impression d’avoir trop de temps pour bien faire ce que j’ai entamé. Que vais-je devoir réduire pour publier quelques articles ici ?

Mais alors, pourquoi ai-je décidé de tenir ce blog, finalement ?

  • Parce que je suis un bon élève depuis mon plus jeune âge et ai appris à faire ce que l’on me dit.
  • Parce que cela m’amuse de découvrir de nouveaux moyens techniques (si l’on peut dire que wordpress est nouveau).
  • Parce que je suis un champion de la dilapidation de mon temps avec des choses qui ne servent à rien.
  • Et pour me rassurer un peu aussi : peut être que je ne fais pas grand chose, après tout ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *