Izu Toshima (2)

Comme sa grande voisine Oshima, Toshima est organisée depuis Edo autour de l’exploitation intensive du camélia (tsubaki), qui a été désigné alors comme moyen de paiement de l’impôt. Elle produirait à elle seule 45% de l’huile de camélia japonaise. Les pentes ont été sculptées en restanques aussi proprement tenues qu’un champ d’olivier en Italie du sud.

 

Chaque famille possède sa parcelle, très précisément identifiée. Le territoire est ainsi finement découpé en petits climats bien identifiés par un nom que chacun connaît et bornés, par exemple par des végétaux autres que le camélia.

Les graines sont ramassées aussi rapidement que possible (une bataille contre les « souris » – vue la taille des trous de terrier, plutôt de bons rats –, très actives), et apportées à la coopérative pour traitement.

L’exploitation du camélia reste une source de revenus importante, mais semble considérée comme peu rentable par les plus jeunes, tant elle demande de soins. Cette année est particulièrement mauvaise (ça eut payé), les camélias ont été attaqués par des insectes malgré les traitements chimiques.

Elle est combinée à d’autres activités, comme la pêche,

le charbon pendant une grande première partie du XXème siècle (le charbon de camélia est réputé, le camélia étant un bois dur. Il ne resterait plus qu’un four en activité), ou récemment une petite activité touristique s’appuyant sur la présence d’un groupe de dauphins. Ceux-ci ont disparu cependant il y a quelques mois. (« C’est bizarre qu’ils disparaissent comme ça, alors que rien d’autre n’a changé. A se demander si des gars d’une autre île n’auraient pas fait quelque chose pour les faire fuir ». Cela ne s’avoue qu’à demi mot mais si les dauphins sont une bénédiction pour le tourisme, il ne sont pas les amis des pécheurs. On m’a déjà dit à certains endroits qu’on ne laisserait jamais des dauphins s’installer).

La forêt a dû être exploitée, mais reste dans un état assez sauvage au dessus de la limite des champs de camélias, avec de beaux spécimens montrant une vitalité admirable.

Pour ce qui m’intéresse plus particulièrement, la composition familiale et le choix du conjoint, j’ai l’impression (très superficielle, la mission est trop courte pour pouvoir mener de vrais entretiens) que la configuration est assez proche de ce que j’ai constaté à Hachijo-jima : l’endogamie insulaire semble avoir été fréquente jusqu’aux années 60-70. L’apprentissage à Tokyo à partir du lycée permet des unions plus variées (Saitama me semble un bon pourvoyeur d’épouses). Le brassage reste moins grand toutefois : je n’ai pas eu confirmation de la présence d’union avec des femmes non japonaises.

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *