Izu Toshima (1)

Hachijo-jima fait aujourd’hui administrativement partie de l’archipel d’Izu – 8 îles habitées – qui s’étire sur 350 kilomètres au sud de l’immense baie de Tokyo. Si l’on continue tout droit, plus au sud encore, Ogasawara, Iwo-jima.

Si l’archipel présente une certaine unité, et plus encore depuis la période de la haute croissance, chacune des 8 îles possède des caractéristiques, géographiques, historiques, culturelles, bien spécifiques. Je me suis donné pour objectif de toutes les visiter pour mieux m’en rendre compte.

Les deux missions précédentes (Kozushima, Shikine-jima) ont été effectuées avant que ne commence ce blog. Je n’en parlerai pas tout de suite. Ce mois de février a été consacré à une courte mission à Izu-Toshima.

Toshima, deuxième île en partant de Tokyo, est la pointe émergée d’un des très nombreux volcans – la plupart sous l’eau – qui longent la faille que l’on voit à droite de la photographie précédente. Elle se dresse à 508 mètres au dessus de l’eau sans plages ou grèves douces, présentant une surface qui en fait l’une des plus petites îles de l’archipel (4,5 km carrés, juste après Aogashima).

L’habitat est concentré au dessus du port, au nord, de chaque côté de ruelles étroites et pentues.

La partie méridionale de l’île est déserte de toute habitation.

Un peu moins de trois cents habitants, une école qui fait à la fois primaire et collège, et la conscience bien ancrée qu’il faudra partir très vite hors de l’île, à Tokyo le plus souvent, pour poursuivre sa scolarité et apprendre un métier.

.

Deux lignes de vie : le bateau qui fait la navette omni-îles de Tokyo à Kozushima, et s’arrête donc deux fois par jour (à l’aller et au retour, mais moins souvent au retour, le vent forcit au cours de la journée et rend le port impraticable) ; l’hélicoptère basé à Hachijo-jima qui assure une liaison journalière entre les îles, quand la visibilité le permet.  En cette saison, il n’est pas rare que ni l’un ni l’autre ne fonctionnent. En été de même, lorsqu’il y a des typhons. Toshima est une petite île que les aléas météorologiques isolent souvent. Le tourisme peine à s’y développer. Liaison journalière annulée et hélicoptère cloué au sol, je repartirai finalement avec un bateau de pêcheur, seul à oser prendre la mer : il y avait du vent et des vagues assez fortes.

Pourtant, on s’y sent compris dans un ensemble insulaire tout proche du continent. Au nord, Oshima paraît tout près

 

Le village de Toshima. Au fond à droite : Oshima ; à gauche : la presqu’île d’Izu

et le Fuji à portée de main :

Le canal entre Toshima et Oshima est l’une des routes des bateaux voulant entrer dans la baie de Tokyo. Le passage est incessant.

Au sud, on aperçoit la suite de l’archipel : Udone-shima (inhabitée), Niijima, Shikine-jima – toute plate –, Kozushima, Miyake (Hachijo est beaucoup plus loin).

L’archipel d’Izu, du sommet de Toshima

On comprend que les hommes de Jômon aient pu passer d’une île à l’autre, d’un saut de puce, dans leurs pirogues (on sait qu’ils exploitaient l’obsidienne de Kozushima et la ramenaient sur Honshû. On trouve des traces d’un habitat préhistorique – – 4800 ans à Hachijo – déjà riche sur tout l’archipel).

Comme beaucoup d’autres îles, Toshima a chroniquement manqué d’eau, jusqu’à l’installation – récente (1998) – d’une usine de désalinisation. Anciennement, les habitants recueillaient l’eau en déposant aux pieds des arbres de belles jarres, que l’on peut encore voir de temps en temps dans les champs. Un ingénieux système de branches de bambous (sasa) faisant le tour du tronc et entrant dans la jarre permettait d’augmenter le volume récupéré. En cas de crise, on allait chercher de l’eau sur une île proche.

L’Internet est installé, mais pas encore la fibre, contrairement aux plus grandes îles de l’archipel.

Un dispensaire, avec un médecin nommé pour un an (médecin d’une université de province proposant des études gratuites contre un engagement de 10 ans à aller officier dans des lieux désignés). Le reste des soins se fait à Tokyo.

Pour résumer ma première impression : Toshima est une petite île isolée très connectée au reste de l’archipel. La vie s’y organise selon cette tension entre éloignement et intégration à un ensemble continu. En comparaison, Hachijo paraît très grande, beaucoup plus développée du point de vue des infrastructures (routes, institutions, loisirs), mais beaucoup plus seule aussi.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *