Charbon de bois (3)

Ce satané four ne voulait pas monter en température… alors, après avoir demandé l’avis d’anciens, on a décidé que c’était normal et on a poursuivi le processus quelques degrés sous la moyenne recommandée (79 au lieu de 83 C).

Le 29 décembre, on bouche tout, entrée comme cheminée. Il faut laisser couver. Tous les orifices sont obstrués avec un mélange terre-cendre.

 

 

Il n’y a plus qu’à attendre tranquillement. Ce soir je suis invité à un festin pour fêter ça. Tequilla ! (ou plutôt shochu et Beaujolais nouveau pour me faire honneur). Ce sera l’occasion de grandes preuves d’affectivité (encore !), et de quelques confessions sentimentales sur la nécessité d’un couple uni pour faire marcher la boutique. Madame me donne quelques informations contradictoires pendant que monsieur est aux toilettes… jeu habituel des couples
(♦ Penser à faire boire systématiquement beaucoup de bière aux interviewés pour pouvoir bénéficier d’un temps en tête à tête avec leur épouses).

Mon maître es charbon part ensuite pour Tokyo (des responsabilités politiques). Le four ne sera ouvert qu’à son retour, beaucoup plus tard qu’il ne faudrait si l’on voulait que l’activité soit rentable.

Le 29 janvier, ouverture du four, et premier verdict : pas mal du tout cette fournée finalement.

Il faut maintenant tout sortir, trier l’excellent charbon du moins bon, couper les parties inférieures des bûches qui, posées au sol, n’ont pas pu bien se consommer (nemu), mettre en sac de 8 kilos.

Le bon charbon se casse sec, avec un petit son métallique, quand on le frappe. La section est lisse et brillante, comme de l’obsidienne. Le mauvais ne se casse pas, ou alors en longueur. Le bon charbon brûle sans faire de fumée. Le mauvais au contraire enfume.

Les dix premiers sacs seront donnés au propriétaire du four dès ce soir, en remerciement (c’est la « part du four » manabu). Les vingt suivants à ceux qui ont donné le bois. Au total, on liera un peu plus d’une centaine de sacs.

Mais mon charbonnier ronchonne. Quelque chose le dérange. Il finit par m’expliquer: je viens d’ouvrir le four et déjà il est là pour remplir avec son bois. Il est malin, il profite de ma chaleur. J’ai mis des jours à sécher le four et maintenant, lui, il n’a plus qu’à en profiter. Ca lui faire faire des économies de bois. Il est malin. Il me fait le coup à chaque fois.

Un rival arrive. Ils ne sont plus que deux à utiliser ce four, mais la relation est tendue. Le premier est le plus ancien, responsable politique aux multiples activités. Le second est de deux ans plus jeune (« je ne peux pas lui dire, il est au dessus »), mais vit de son charbon. Je vais me trouver entre deux, chacun essayant de me convaincre de l’excellence de sa pratique et de ses connaissances. Et de fait les différences sont grandes. Deux charbonniers, un même four, une même île et deux pratiques, deux discours sur le charbon.

Et c’est reparti pour un four ! Je retrousse mes manches et me remets à bouger des bûches. Je me suis toujours dit que la connaissance d’une société commence lorsque l’on se rend compte de ses oppositions, au delà de sa cohérence de façade.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *