Festivités du début de l’an : cérémonie des jeunes adultes et amour du pays natal

Après la réunion des forces vives défendant la communauté contre les dangers de disparition, la nouvelle année célèbre l’arrivée de nouveaux membres adultes (20 ans dans l’année). La fête des jeunes adultes (seijin-shiki), célébrée dans tout le Japon, est assez importante pour faire chaque année la Une des journaux nationaux. Le jour officiel est le deuxième lundi de janvier. Dans les campagnes, et à Hachijo, la date est cependant avancée pour profiter du retour au bercail des jeunes pour le nouvel-an. La cérémonie a donc lieu juste avant qu’ils ne repartent à Tokyo ou ailleurs, pour les études ou le travail.

Cérémonie :  la réunion a lieu dans le grand hall de la mairie, selon un protocole rigide. On chante l’hymne national, dont les paroles sont affichées (il n’est pas certain qu’elles soient bien connues – tout le monde n’est pas supporter de foot –), et profite des discours des officiels habituels : maire, président du conseil municipal, chef de la Police, responsable municipal de l’éducation, à peu près les mêmes que pour les pompiers, sauf pour le dernier.

 

Les jeunes adultes attendant l'ouverture du rideau
Les jeunes adultes attendant l’ouverture du rideau dans l’impressionnant hall de la mairie

 

Beautés devant l'hymne national
Elégantes adultes devant l’hymne national

Cinq jeunes témoignent ensuite de leur parcours et de leurs rêves. Que des garçons, alors que la cohorte est à peu près équilibrée, et uniquement des jeunes gars intelligents faisant des études à l’université. Le comité d’éducation municipal a effectué un tri très sélectif, qui sera critiqué quand j’en parlerai ensuite. Les discours sont de qualité, les orateurs doués. Rires et larmes d’émotion de rigueur. Je note la présence d’un intervenant mentionnant le fait que sa mère est « étrangère » (philippine) et le cosmopolitisme grandissant au Japon, dans les grandes villes comme à Hachijojima. Il termine d’ailleurs son exposé dans un excellent anglais.

p1080541
意見発表 : je vais vous parler d’un nombre, 1%. C’est le pourcentage d’étrangers au Japon, dans les villes cosmopolites. A Hachijo-jima aussi.

La cérémonie se conclut par un marqueur identitaire indispensable : le taiko, donné comme chaque année par le « Groupe des six » (les 6 meilleurs).

Taiko lors de la fête des jeunes. Ici le prêtre shintô en action.
Taiko lors de la fête des jeunes, sous les drapeaux du Japon et de la ville

Et puis c’est la photo officielle. 76 nouveaux adultes cette année, 41 garçons et 35 filles.

p1080556
Seijin-shiki. Photo officielle

Le soir, banquet dans les familles concernées, et fête parallèle plus tardive entre condisciples.

Préparation du banquet chez K.
Préparation du banquet chez K.

 

Que disent finalement les discours adressés aux jeunes adultes, et des jeunes adultes ?

D’un côté on aura bien sûr insisté sur les nouvelles responsabilités en tant qu’adulte et citoyens ; de l’autre sur le sentiment de reconnaissance envers les parents, les grands-parents, les professeurs qui vous ont formés, et les camarades grâce auxquels on a passé de merveilleux moments et surmonté les pires difficultés. Mais ce qui fait le coeur et l’unité des discours des deux bords est ailleurs. Ce n’est pas la définition du citoyen, la responsabilité de l’électeur, ou la fierté du national, mais l’attachement au pays natal.

« Lorsque vous rencontrerez des difficultés, souvenez-vous de notre mer bleue et de nos montagnes vertes, souvenez-vous que vous avez des amis ici qui seront toujours là pour vous » (…)

« Et quand vous serez bien formés, revenez sur Hachijo-jima, nous avons besoin de vous pour que notre île continue à vivre. Revenez, nous vous le demandons ! ».

« Quand j’aurais acquis de l’expérience, j’aimerais revenir sur Hachijo-jima et monter ma propre boite d’IT. Voilà mon rêve. J’aimerais pouvoir rendre tout ce que Hachijo-jima m’a donné »

La construction de l’appartenance identitaire commence ici par l’attachement romantique au terroir.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *