Festivités du début de l’an : la fête des pompiers volontaires

Le début de l’année est une période très spéciale. Le travail s’est arrêté, la trêve est longue. Les matins sont calmes, les gueules de bois entretenues dans la sérénité, avec une grande constance, et exceptionnellement du saké (champagne !). Après les beuveries qui ont permis d’oublier l’année qui finissait (忘年会), le corps social se réveille doucement dans un monde nouveau. Toute la première partie du mois est marquée par les premières fois : première visite au sanctuaire, premier lever de soleil, premier rêve… Le commencement est d’abord fêté par la plus petite cellule,  en famille (31, 1er), puis avec les amis (2 janvier), et de façon de plus en plus large ensuite.
On réactive les organes indispensables. Très tôt, le 4 cette année, se tient la fête des pompiers volontaires: une centaine p1080478d’hommes – trois femmes
aussi, dont Miss Hachijo 2016, présente es-qualité –, en uniforme, défilent devant femmes et enfants, et de belles brochettes d’officiels. Je reconnais le pompiste, l’opticien,  le releveur des compteurs à gaz, K. qui me donne régulièrement des légumes de ses nombreux champs, Y. champion de taiko… tiens ! c’est le conducteur de poids lourd qui est responsable de la troisième brigade, et le bouilleur de shochu le vice-président des pompiers volontaires…   Les hommes sont répartis en brigades (dan), une par village, chacune avec son petit camion.

senkumiL’organisation des jeunes hommes du quartier en brigades de pompiers est ancienne. Leurs activités font partie du folklore de la « ville basse », et des communes locales. Ils viennent prêter main-forte aux pompiers professionnels (39 sur Hachijo) en cas d’incendie –enfin, ceux qui n’ont pas trop bu, s’il en reste, me précise-t-on à plusieurs reprises –, circulent les soirs d’hiver en chantant « attention aux incendies », et surtout, sont mobilisés pour les battues à la recherche de personnes disparues. Ce qui, dans une société vieillissante attaquée par Alzheimer, n’est pas si rare.
Ce n’est pas toujours très amusant, semble-t-il. « Enfin, comme le dit K. avec philosophie, cela fait toujours plaisir à la famille quand on lui ramène le corps. C’est difficile pour les obsèques sinon ».

L’ambiance est plutôt bon enfant. Certes la rigidité est militaire, mais avec un petit jeu dans le mécanisme que l’on ne constate pas toujours au Japon. Les gars rigolent dans les rangs, bougent, se donnent des coups de coudes, ou saluent quand le chef crie repos…

p1080496

Après les discours et le défilé commencent les choses sérieuses. La compétition entre les brigades de chaque village, pour le plus bel exercice de mise en service des lances à incendie. Tout compte, jusque la position du pouce et la façon de fermer la porte, en deux temps, pour être sûr de ne rien laisser traîner.

p1080498

Le public n’hésite pas à jeter quelques quolibets, mais s’extasie aussi devant les jets d’eau.

p1080494
-Le temps de distribuer quelques boites de mouchoirs et jouets en plastique au public pour les remercier d’être là et c’est la proclamation des résultats : Kashidate, plus petit village, mais connu pour son sérieux,  vainqueur ; Mitsune 2. C´est donc l´équipe de Kashitate qui défendra les couleurs de l´île à Tokyo lors d’une prochaine fête du pompier.

La cérémonie prend fin comme toutes les fêtes religieuses auxquelles j’ai assisté ici : il pleut des boulettes de riz (mochi). Les vieilles dames étaient restées pour cela. Cela va bien dans la soupe de légumes du nouvel-an.

p1080521

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *