Charbon de bois (2)

Le feu a été allumé dans l’anti-chambre du four le 29 décembre au soir. Il faut maintenant l’alimenter en continu, comme un gros bébé, jusqu’à faire monter la température de la chambre principale (là où il y a le bois qui va devenir charbon) à 83 degrés.

Four-feu

La montée en température est progressive, rapide d’abord, jusqu’à 75 degrés, puis de plus en plus laborieuse. On ne quitte pas le feu, ce qui permet de longues discussions entre deux volées de bûches.

Repas devant le four

Je passe donc la fin et le début de l’année dans la fumée, à profiter de la conversation de Monsieur T., de son épouse, et des voisins qui viennent lui tenir compagnie. J’en reviens chaque soir les bras chargés de cadeaux divers : poireaux, radis blanc, longs haricots, patates de taille et de douceur variées, et bien sûr agrumes, certains à manger, et d’autres à presser dans le shôchû.

« Le feu sourit », « le four est comme une femme, il faut qu’on s’en occupe »…

Peu à peu l’odeur se fait plus forte, la fumée s’épaissit, elle commence à s’étirer en mèches. Les buchettes de la chambre devraient commencer à se consumer sous peu.

p1080459

31, 1er, 2, 3 , 4, 5, 6… chaque soir, on atteint les 80 degrés (température de la fumée à la sortie de la cheminée). Chaque matin, on retombe à 75, malgré les kilos de bûches enfournées dans l’antichambre pour stimuler la combustion. Faut-il ouvrir plus pour faire entrer l’air? « Fermer le cul (=la cheminée) du four »au contraire pour augmenter le confinement? Chaque matin, j’ai droit à un rapport circonstancié sur les évolutions et l’interprétation de la situation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *