Travail de chercheur hors terrain

5 jours à Tokyo afin de me soumettre aux habituelles tâches d’un chercheur hors terrain :

Séminaire doctoral : où il s’agit d’écouter de jeunes chercheurs présenter leur recherche et de tenter de transmettre le peu qu’on a compris du travail intellectuel en transpirant sur un thème complètement différent.

La difficulté pour nous : être bienveillants. Le milieu académique apprend d’abord la critique. On cherche toujours ce qui ne va pas. Mais à quoi sert de travailler à charge? Quelle recherche en cours n’est pas critiquable ? Quel bienfait sur la progression d’un thésard que le lynchage systématique ? Je suis parfois un peu surpris des critiques artificielles, déconnectées de leur propre pratique, prononcées par de grands chercheurs professionnels.

Parmi les pathologies des jeunes chercheurs, celle que je trouve la plus pénible :

Le blindage : je ne veux montrer aucune faiblesse, je me défendrai contre toute remarque. Je vais montrer que je sais de quoi je parle. J’ai prévu toutes les questions.
Discussion impossible, effet bénéfique nul. L’exercice est effectué, mais cela ne sert à rien (sinon à rajouter une ligne sur le CV. Vanitas vanitatum).

Ce séminaire là était de très bonne tenue. Les doutes exprimés ouvraient la porte à la discussion. Un plaisir donc.

 

– Accueil d’un conférencier invité et animation d’une rencontre, suivie d’un débat, avec un scientifique japonais soigneusement sélectionné. Le plus formateur est en général la troisième mi-temps. Les chercheurs sont de formidables convives quand ils ne se sentent plus l’obligation de blinder (hé oui, chacun son tour !) leur discours. Aucun échange intellectuel n’est plus sincère, juste, et finalement scientifique, qu’après une fiole ou deux de saké. Les conférences devraient être des banquets. L’hédonisme obligatoire.

– Visite d’importants responsables du CNRS venus, du  XVIème arrondissement de Paris jusqu’à ce bout du monde, nous tenir au courant des nouvelles stratégies administratives (probablement en lien avec des programmes scientifiques, mais je ne suis pas sûr). Les personnes peuvent être sympathiques, une question reste: pourquoi tout ça ? Ou pour être plus précis : y a-t-il quelqu’un qui s’intéresse aux SHS et qui comprenne qu’on ne peut les gérer comme les sciences expérimentales « dures » ?

– Préparation à l’audition d’une jeune collègue en quête de poste.

– Réflexion sur l’histoire des sciences, grâce au séminaire mené par un spécialiste. On n’en a jamais fini de se former. Avec l’âge, j’apprécie une vision de la progression de la science qui ne se fait pas uniquement en considérant l’histoire des théories, ou des institutions, mais aussi des multiples et hasardeuses rencontres entre domaines différents.

Relecture d’articles pour atomisation des coquilles avant publication.

Conférence moi-même, dans le cours d’une collègue anthropologue, devant des étudiants japonais. Je passerai sur la frustration de ne pouvoir m’exprimer en japonais aussi précisément qu’en français. C’est terrifiant d’apprendre une langue si longtemps et d’être toujours aussi mauvais.
Les professeurs japonais ont inventé un truc pour empêcher leurs étudiants de (trop) dormir : il faut que ces derniers rédigent un petit texte précisant ce qu’ils ont appris durant l’heure et leurs sentiments ce qu’ils ont entendu. Je repars donc avec 80 petits textes commentant ce qu’est l’amour au Japon. Un bon filon…

Vérification de références bibliographiques en bibliothèque pour un article en cours.

Long entretien dans le cadre d’un travail d’enquête Saucissonage de la vie d'un chercheursur les difficultés des couples mixtes, qui m’a été commandé par des associations françaises au Japon.

 

 

Qui a dit que la vie d’un chercheur
était monotone ?


Une réflexion au sujet de « Travail de chercheur hors terrain »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *